Justice: Cheikh Bethio Thioune et ses talibés devant le tribunal pour les meurtres de Médinatoul Salam

Texte alternatif de la bannière

L’affaire du double meurtre de Medinatoul Salam qui, en 2012, avait valu l’arrestation et le séjour carcéral de Cheikh Béthio Thioune revient au devant de l’actualité. Les mis en cause qui nient avoir tué risquent la perpétuité.

A en croire l’Obs qui a donné la nouvelle, le guide des Thiantacounes comme ses anciens suiveurs, détenus depuis dans les prisons de Mbour et Thiès, ont reçu leurs convocations pour se présenter à l’audience de la chambre criminelle de Thiès. Ils vont devoir répondre des meurtres de deux des disciples du Cheikh, de la dissimulation de leurs corps et de la non dénonciation de leurs meurtres.

Alors que les talibés végètent en prison, leur guide plus important qu’eux -aux yeux des juges et des politiques- a bénéficié d’une liberté provisoire transformée depuis en liberté définitive.

Présenté par le procureur de Thiès comme le commanditaire de ces meurtres -executés punir des contestataires et servir de leçons aux apprentis renégats- Cheikh Bethio Thioune sera devant le tribunal avec la présomption de complicité de meurtre.

Appelé devant la barre ce 23 avril prochain, le dossier de Médinatoul Salam est une affaire qui avait choqué l’opinion national. Mis a mort, deux talibés Bara Sow et Ababacar Diagne avaient été enterrés discrètement. Et grâce à une surveillance discrète mis en place depuis longtemps par des agents de renseignement, l’affaire a été portée a la connaissance des autorités judiciaire. C’est à la suite de ce rapport qu’une descente policière effectuée a Medinatoul Salam a permis l’arrestation du marabout et de quelques proches collaborateurs.

Depuis cette date fatidique du 22 avril 2012, si le Cheikh Béthio Thioune et son chauffeur hument l’air de la liberté. Et se trémoussent à chaque Thiant, les autres détenus végètent en prison et menacent, tout le temps, de mettre fin à leur vie pour contester leurs conditions de détention. Et leur oubli par la justice qui ne parait pas pressé de statuer sur leurs dossiers.

Laisser un commentaire