Infanticide – Ouakam : une étudiante encourt 10 ans ferme de travaux forcés

Infanticide - Ouakam : une étudiante

La société sénégalaise est intolérante à l’égard des femmes qui contractent des grossesses hors mariage sous prétexte de déshonnorer la famille. Ainsi pour éviter de faire honte à sa famille, bon nombres de femmes célibataires tombent enceinte, à défaut d’avorter, elles commettent le crime d’infanticide. Pour preuve, une étudiante, célibataire de statut matrimonial, a mis au monde des jumeaux avant de les tuer. A la barre, le procureur a requis 10 ans de travaux forcés.

J.D, puis que c’est d’elle qu’il s’agit, à mis au monde des jumeaux avant de les tuer. Elle a commis l’irréparable par peur d’être la risée de son quartier. Car elle venait juste de divorcer de son premier mariage. Mère de trois enfants, J.D a, en effet, cachée sa grossesse à tout son entourage.

Les faits…

Durant les 9 mois de la grossesse, elle n’a jamais fait de visites prénatales. Le 29 mars, c’était le jour de la délivrance. Selon elle, elle s’est retranchée sous la douche pour faire ses toilettes afin d’aller à l’hôpital. Et du coup, elle a accouchée sous la douche. Le premier bébé est de sexe féminin. Elle le prend dans ses bras et le néttoie. Toujours selon elle, c’est à ce moment là qu’elle a senti que le second, de sexe opposait, arrivait. C’est après qu’elle s’est rendue compte qu’ils (les deux bébés) ne respiraient pas. Elle les a enveloppés et mis dans un seau et appelle ainsi son voisin N… tout en lui cachant qu’elle avait accouchée.

Face aux sages-femmes au district sanitaire de Ouakam

Elle a présenté aux sages-femmes le seau contenant les corps sans vie des bébés. Dès lors, elles la soupçonnent d’infanticide et en informent le médecin chef du district. Lequel a informé les éléments de la brigade de Ouakam pour les besoins de l’enquête. Elle a nié les faits qui lui sont reprochés en affirmant que les bébés étaient des morts-nés.

A la barre…

Elle réitère ses mêmes propos en soutenant qu’elle a toujours voulu garder les bébés. Interrogée sur les raisons qui l’a poussé à ne pas faire ses visites. Elle renseigne qu’elle ne voulait pas que ses parents soient au courant pour peur d’être rejetée car elle vient juste de divorcer. Le procureur, dans son réquisitoire, estime qu’elle est une femme d’âge mûr. Il indique aussi que l’un des bébés a été cogné contre un objet dure, ce qui a provoqué sa mort. Et au maître des poursuites, les actes antérieurs de l’accusée renseignent son intention criminelle. Il demande à ce qu’elle soit condamnée à 10 ans de travaux forcés.

« En absence d’autopsie, il est difficile de se baser sur les faits pour déterminer la cause de la mort des bébés. La fracture aussi peut être dû à la naissance« .

Le délibéré de cette affaire sera rendu le 17 avril prochain.

Laisser un commentaire