Garde à vue de Sarkozy : qui sont Takieddine, Salah et Djouhri, les trois hommes clefs du dossier libyen ?

Garde à vue de Sarkozy

Outre le médiatisé homme d’affaire franco-libanais Ziad Takieddine, la justice française s’intéresse de près à Béchir Salah, ex-haut fonctionnaire libyen, et à l’intermédiaire français Alexandre Djouhri.

Nicolas Sarkozy était toujours en garde à vue à Nanterre mercredi matin. Depuis presque 24 heures, l’ancien président de la République est interrogé au sujet du présumé financement libyen de sa campagne de 2007. Il a d’abord été mis en cause par Ziad Takieddine, un homme d’affaire franco-libanais qui dit avoir transporté cinq millions d’euros d’argent liquide, depuis Tripoli jusqu’à la place Beauvau à l’époque où Nicolas Sarkozy était encore ministre de l’Intérieur. La mise en garde à vue de de l’ex-chef de l’Etat donne du crédit à la parole de Ziad Takieddine, se félicite aujourd’hui son avocate, Maître Elise Arfi.

La « sincérité » de Ziad Takieddine. « Il a quand même été traité nommément de menteur par monsieur Sarkozy. À un moment donné, les magistrats ont rendu des arbitrages au vu de ce que contient le dossier, et ont estimé avoir assez d’éléments pour cette garde à vue », souligne l’avocate auprès d’Europe 1. « Dans cette affaire, mon client aussi est mis en examen donc il n’y aura pas de gagnant et de perdant, les déclarations qu’il a faites, il les a faites en s’incriminant au passage et je crois que dans cette auto-incrimination, il y avait la preuve de sa sincérité », estime-t-elle. « Je ne connais pas beaucoup de gens qui seraient prêts à se faire mettre en examen uniquement pour nuire à autrui », assure encore Elise Arfi.

Béchir Salah, l’argentier de Mouammar Kadhafi. Mais derrière Ziad Takieddine, relativement médiatisé depuis le déclenchement de l’affaire, le dossier libyen possède encore au moins deux témoins de première importance qui n’ont jamais été entendu par la justice française. Il y a d’abord Béchir Salah, haut-fonctionnaire libyen et grand argentier du régime de Mouammar Kadhafi. Après la chute du Guide libyen, il s’est réfugié à Paris, protégé par la droite au pouvoir, et fréquentant les hôtels de luxe. Mais alors que la Libye post-révolution le réclame, et malgré ses réseaux parisiens, il a dû quitter la France, exfiltré, en toute discrétion pendant l’entre-deux-tours de la présidentielle de 2012, direction le Niger en jet privé, puis l’Afrique du Sud.

Alexandre Djouhri, un intermédiaire proche de la droite. Cet exil a été organisé en catastrophe par l’autre homme clef des financements libyen, le Français Alexandre Djouhri. Cet intermédiaire, proche de Nicolas Sarkozy, navigue au cœur des réseaux de la droite française. Cet homme qui en sait probablement beaucoup de par ses relations a été interpellé à Londres en janvier dernier. Il est y incarcéré depuis et la justice britannique doit examiner la demande d’extradition formulée par la France.

Les juges français ont bon espoir d’entendre Alexandre Djouhri, bien qu’il soit actuellement hospitalisé ; il aurait fait plusieurs malaises cardiaques ces dernières semaines. À 9.000 kilomètres de là, Béchir Salah n’est pas au mieux de sa forme non plus, il a été victime d’une tentative d’assassinat fin février. Blessé par balles mais hors de danger, il est hospitalisé dans un lieu inconnu. Même son avocat assure n’avoir aucune nouvelle.

Laisser un commentaire