Gambie: Mister Adama Barrow, un président ne doit pas parler comme ça !

Gambie: Mister Adama Barrow !

Vaincu par les billes, le président Yahya Jammeh, à la surprise générale, a décidé, le vendredi 2 décembre, de reconnaitre sa défaite. Et d’appeler son vainqueur au téléphone pour le féliciter. Un geste de grandeur qui a dérouté plus d’un observateur et laissé orphelins les thuriféraires du Baabili Mansa.

Mais, cette consécration de la démocratie qui aurait due augurer de bons lendemains à ce petit pays englué dans le Sénégal et habité, en majorité, par des Mandingues -même si de nombreuses ethnies comme les Ouolof, les Sérères, les Diolas, les Peuls et les Haoussa partagent également le pays- risque de glisser sur une pente dangereuse.

A LIRE AUSSI: Gambie: Yahya Jammeh interdit de sortie du territoire, le nouveau président refuse de le rencontrer

Cette victoire de Adama Barrow qui aurait due être celle du peuple gambien, dans toute sa composante, est en train de se transformer en une revanche des Mandingues. Une victoire ethnique qui commence par stigmatiser celle du président sortant. Et dans la cécité collective qui commence à prendre tout le pays, certains sont, même, allés jusqu’à dire à des policiers anti émeutes -venus faire la sécurité, lors de l’appel de Ousseynou Darboe,-  « You have nothing to say, today we are in the control of this country » (vous n’avez rien à dire, aujourd’hui ce pays est devenu le notre, c’est nous qui contrôlons).

Cette ânerie n’aurait jamais intéressée la rédaction de Kewoulo.info si elle n’était sortie que de la seule bouche d’un fanatique écervelé; même si, circonstance aggravante, elle a été dite dans un palais de justice.

Mais, face à la multiplication de ce genre de propos répugnants entendus, parfois, de la bouche de responsables de hauts rangs du nouveau régime, il y a de quoi sonner l’alerte. Monsieur Barrow, il arrêter tout çà!

La paix sert les vivants, pas les morts

Il faut marteler la fragilité de la paix. Et rappeler, à chacun, son devoir de sauver la paix sociale en Gambie en faisant l’économie de la justice, s’il le faut. Si la justice -sur les assassinats et les meurtres du régime- sert à soigner des blessures, la paix, elle, sert les vivants, pas aux morts. Lutter pour la paix en Gambie, c’est rendre hommage aux pionniers morts pour la grandeur de ce pays.

Le nouveau Président de Gambie parle trop. Il communique très mal. Et sa trop grande propension, à se prononcer sur tout, menace la stabilité de son pays. En moins d’une semaine, le président élu, de qui on attendait qu’il vienne panser les blessures causées par les 22 années d’autocratie de Yahya Jammeh, a fini par entamer le crédit de sympathie qu’on pouvait lui accorder.

Et à Kewoulo.info, l’état de grâce qu’on accorde souvent à tout nouveau chef est terminé. Il faut s’indigner pour ne pas dire demain qu’on le savait. Et il est de notre devoir prendre l’opinion internationale sur le fait que les propos de Adama Barrow et de son entourage sont dangereux pour la stabilité de la Gambie.

Gardez votre indépendance, c’est ça votre charme

La particularité de la Gambie, par rapport au Sénégal, c’est ce qui fait le charme de ce pays frère. Et quoi que l’on puisse reprocher à Yahya Jammeh, il faut lui reconnaître son intelligence et son courage de s’être opposé ouvertement au Sénégal. Et d’avoir réussi à mettre de l’ordre dans son pays. L’interview de Mme Fatoumata Jallow Tambajang est scandaleuse et de telles personnes doivent immédiatement être éloignées du pouvoir.

Ces dernières années, il était impossible de voir commis en Gambie ces crimes impunis que nous connaissons, tous les jours, au Sénégal. L’ordre, chez le voisin, est tellement ancré qu’il est impensable de voir des fonctionnaires ouvertement corrompus, des voitures surchargées de passagers ou apercevoir un chauffeur au volant de sa voiture sans la ceinture; toutes choses qui font légion à Dakar et partout chez nous, au Sénégal.

Or, à écouter Adama Barrow, c’est presque tout ça qui est à remettre en cause. Son modèle immédiat, c’est le Sénégal. Il veut tellement s’inspirer de cet iconoclaste voisin qu’il a décidé de réserver sa première visite de chef d’Etat au khalife général des mourides, une confrérie sénégalaise; au détriment de tous les religieux qui, dans son pays, n’ont cessé de prier pour la stabilité de la Gambie depuis des décennies.

Comme le veut une partie de l’opinion sénégalaise, le président élu, avant même d’attendre d’entrer en fonction, est en train de diaboliser Yahya Jammeh. Et raconte partout qu’il s’engageait à retisser toutes les relations diplomatiques rompues par Alahadji Doctor, « rejoindre le Commonwealth, la CPI » et risquer de livrer His Excellency Professor à la justice des Blancs.

Menacer ainsi, vertement, un homme qui a dirigé son pays, pendant 22 ans, et qui a les moyens militaires comme financiers de troubler l’ordre public, c’est franchement de l’irresponsabilité caractérisée. Adama Barrow doit rassembler les Gambiens et se montrer conciliant envers les vaincus ; même si la justice doit passer.

Comme Nelson Mandela, dont Ousseynou Darboe a dit qu’il l’a inspiré, les nouveaux maitres de Banjul doivent laisser une porte ouverte à Yahya Jammeh et lui permettre de se retirer, tranquillement, à Kanilaï.

Parce que, contre vents et marées, « le dictateur du développement » a tenu bon, face aux pressions des siens, pour accepter de concéder sa défaite. Il l’a fait même au péril de sa vie ; devant la détermination de ses plus proches conseillers qui craignent de devoir passer à la trappe.

Il faut sauver la paix sociale

Laisser dire par quelques hurluberlus –pour ne pas dire des idiots- que « c’est le temps des Mandingues » et que « les Diolas vont devoir courber l’échine » ou « rentrer en Casamance », c’est donner un blanc seing à la bêtise humaine. Or, il est notoriété publique que la bêtise humaine a toujours été le terreau fertile des génocides. La Gambie appartient à tous, et c’est ensemble qu’il faut la construire; sinon vous la brulerez ensemble et personne n’y échappera.

Yahya Jammeh, faut-il le rappeler, a été soutenu par presque 42% de la population contre 43% pour Adama Barrow. Si, parmi les fédayins de l’APRC, on trouve des Diola, il y a forcément des mandingues, des Ouolofs et d’autres ethnies qui font le charme du pays; puisqu’il est impossible de trouver, en Gambie, une famille sans métissage.

Vouloir une relation apaisée avec le Sénégal, ce n’est pas lui ressembler à tous points de vue. S’il y’a des choses positives à prendre de mon pays, la Gambie gagnerait à garder sa particularité et son indépendance totale vis à vis du Sénégal dont nous mêmes, Sénégalais, ne sommes pas du tout satisfaits à 100%.

En attendant l’unité de la CEDEAO, puis certainement de l’Afrique, la petite Gambie doit rester ce territoire paisible, cette figure particulière, qui rappelle aux voyageurs de la trans-gambienne qu’ils sont sur un territoire étranger. La Gambie doit rester la Gambie si elle veut être respectée sur le plan international. Elle ne doit pas accepter d’être phagocytée par le Sénégal.

4 Commentaires

  1. Franchement, je tire mon chapeau au rédacteur de cet article…
    C’est désolant de voir que le nouveau président même pas encore installé pense à traiter son prédécesseur en justice…
    Certes tous ne fut pas rose dans la Gambie de Yaya Jammeh, mais force est de reconnaitre comme vous l’avez si bien fait qu’il y a des avantages à en tirer…
    Plus pressé que la musique, on dansera sûrement mal…
    En ne voulant pas Yaya tranquille…il vient de se faire son pire ennemi…
    Puisse-Dieu préserver la paix et la stabilité en Gambie

  2. Mr le rédacteur yahya a fait plus pure que Adama barrow il dit qu’il n’aura jamais un président mandingue en gambie si cela est fait dieu lui met en l’enfer avec des injures que un président conscient ne pense pas faire mr je suis en Gambie depuis le sept passer un mois en Gambie

Laisser un commentaire