France: Il s’appelait Aboubakar Fofana, il avait 22 ans et a été tué par la police à Nantes

France: Il s'appelait Aboubakar Fofana

La police des polices enquête sur la mort d’un jeune homme originaire du Val-d’Oise, qui a tenté de se soustraire à un contrôle routier mardi soir à Nantes (Loire-Atlantique). Des violences urbaines ont éclaté.

Le Loup, c’était le surnom donné à Aboubakar Fofana, en raison de son caractère « solitaire ». Mardi soir, le jeune homme de 22 ans a été tué par un policier lors d’un contrôle routier effectué par une compagnie républicaine de sécurité (CRS) dans le quartier du Breil, à Nantes (Loire-Atlantique). Ce qui a déclenché des violences urbaines durant une partie de la nuit. Au total, une trentaine de voitures et plusieurs bâtiments dont une mairie annexe et deux supermarchés ont été incendiés.

Geste de légitime défense ou bavure ? Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Nantes pour faire la lumière sur le décès de ce jeune homme sous le coup d’un mandat d’arrêt délivré, en juin 2017, par un juge de Créteil pour des chefs de « vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs ». L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie alors même que sa cheffe, Marie-France Monéger-Guyomarc’h, révélait la semaine dernière une recrudescence dans la police des usages d’arme liée à l’augmentation « préoccupante » du nombre de conducteurs refusant les contrôles.

Ce mercredi, trois CRS ont été auditionnés comme témoin et un quatrième, le tireur, brigadier-chef, entendu sous le régime de l’audition libre. Parallèlement, un témoignage « utile » a été recueilli à l’issue d’un appel à témoins, a assuré Pierre Sennès, le procureur de la République de Nantes au cours d’une conférence de presse. Le magistrat a confirmé que la victime avait tenté de s’extraire d’un contrôle de police en « reculant à vivre allure ».

Selon les CRS, il aurait tenté de fuir

Il est vers 20h10 mardi lorsque l’équipage de CRS 17 de Bergerac décide de procéder au contrôle de la Nissan Juke d’Aboubakar Fofana, car ce dernier ne porte pas de ceinture de sécurité, comme l’indique le rapport d’intervention que nous avons pu consulter. La voiture est par ailleurs inscrite au fichier des véhicules signalés dans le cadre d’une enquête menée par la PJ de Nantes pour trafic de stupéfiants. Le conducteur n’a aucun papier d’identité sur lui. Il prétend s’appeler Mamadou D., un jeune du même âge. Une usurpation démasquée par les policiers qui reçoivent l’ordre de le conduire au commissariat pour procéder à une vérification d’identité.

« À ce moment-là, l’individu met le contact et fait immédiatement une marche arrière à très vive allure, risquant de renverser deux des quatre enfants présents sur la chaussée (NDLR : ils jouaient derrière la voiture) ainsi que le brigadier-chef G.H., qui a juste le temps de pousser un enfant et de porter l’autre avec ses bras. Puis de se mettre lui-même à l’abri devant notre fourgon », relatent les CRS. Là, selon leur récit, Aboubakar percute un véhicule en stationnement, qui manque de renverser un autre fonctionnaire. Malgré le choc, le jeune conducteur continue de « zigzaguer, toujours à très vite allure ».

Pressé, le brigadier R.H. décide alors de sortir son arme de poing et de tirer un unique coup de feu. La Nissan d’Aboubakar finit alors dans le jardin d’une maison attenante. Le suspect est grièvement blessé, au niveau du cou. Les secours sont appelés. Aboubakar, transféré à l’hôpital avec un « pronostic vital très engagé », décédera à son arrivée. « Au vu de la conduite et détermination du conducteur, celui-ci aurait pu commettre un homicide sur deux de nos collègues, voire sur des personnes du quartier, assure Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat Alliance. Il apparaît donc incontestable, au vu de ces éléments, que la légitime défense peut être établie. »

Version contestée

Une version fortement contestée par les habitants du Breil où des tags explicites fleurissent sur les façades depuis mardi soir. « On t’oublie pas le Loup », ou encore « Assassins » sur la façade du commissariat. Saïd En Emer, le président du club de foot dans lequel jouait Aboubakar, a lancé un appel pour collecter les vidéos amateurs qui auraient pu filmer la scène. « De nombreux témoins indiquent qu’il a obtempéré au contrôle de papiers, qui aurait duré une vingtaine de minutes et se passait relativement bien », explique-t-il.

Le jeune homme était venu se mettre au vert chez sa tante à Nantes, il y a un peu plus d’un an, mais est originaire de la cité de la Muette à Garges-lès-Gonesse où un rassemblement spontané a eu lieu ce mercredi en réaction à sa mort. « On aurait pu tirer sur les pneus de sa voiture ou sur ses jambes mais on lui a tiré dans le cou. Au nom de quoi la police tue impunément », s’insurge une des organisatrices de la manifestation.

Avec Leparisien 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire