France: Les démons de la division se sont installés dans les rangs de l’APR

Mme Awa Diop Mbacké

On vous l’avait annoncé dans une de nos précédentes publications: la maison APR France est hantée par les démons de la division.

Sauf revirement de dernières minutes, les vautours qui rodent dans le ciel parisien convoitant les restes du parti du président Macky Sall vont avoir de quoi se mettre sous la dent, ce week-end. La guerre des ego qui menaçait le parti depuis la désignation de Demba Sow et de Mme Awa Diop MBacké comme les premiers responsables du parti en France va se faire et elle va, à coup sûr, laisser des traces indélébiles.

La réunion d’urgence appelée mercredi dernier s’est terminé en … os de boudin. Mme Awa Diop Mbacké et ses soutiens veulent rester et reconstituer un bureau élargi et Astou Fall et ses camarades sont restées sur leurs positions du Tout sauf Mme Mbacké. La Cojer continue de se méfier de « ses parvenus de la DSE » et à la CCR on rumine sa colère d’avoir toujours été écartée de toutes les décisions concernant le parti.

Pire, c’est une  chasse aux sorcières qui a été enclenchée ouvertement et les noms des  seytanés et taskatou keur divulgués publiquement. En leur absence, les sieurs Talla Daff, Amadou Diallo, le consul général du Sénégal à Paris, Cheikh Agne et le conseiller spécial Malick Gaye ont été montrés du doigts. Ils seraient, selon leurs accusateurs, les parrains de cette défiance ouverte contre Awa Diop Mbacké. Certains ont déclaré qu’ils auraient financé cette campagne de division. Et face à ce camp organisé qui veut leur départ, la DSE est toutes griffes dehors et compte ses soutiens.

Car ce qui n’est pas acté, c’est que le destin de cette DSE est intimement lié à celui de l’amazone de l’APR. Si « les conspirateurs » réussissent leur opération de révocation de Mme Awa Diop Mbacké, ils atteindront, facilement, l’autre mal-aimé de l’APR: le coordinateur. Demba Sow qu’on dit proche de la vice Consul est dans la ligne de mire des contestataires de la « hiérarchie » depuis très longtemps.

A sa place, de nombreux prétendants se rêvent être l’interlocuteur privilégié de Macky Sall en France. La section de la Normandie comme de nombreux autres activistes de la région ile de France n’ont jamais accepté de se faire diriger par « ces gens là » qui les prennent de haut. Et jusqu’à des stations haut placées de l’Etat, les soutiens de ces réformateurs s’organisent.

Profitant de cette aubaine et, certainement, assurées de ces « soutiens hauts placés », les réformistes parisiennes maintiennent leur décision de se réunir ce samedi dans le 18 ème arrondissement parisien. S’étant soldée par un fiasco, l’urgente réunion de la DSE, le mercredi dernier doit se poursuivre ce soir. Mais elle va se faire sans la présence des principales concernées.

« Ils nous ont envoyés des messages pour que nous venions, ce soir, au siège, rencontrer la DSE. Ce qu’ils veulent, c’est que nous discutions avec Mme Mbacké. Mais, pour nous c’est clair: nous ne voulons plus d’elle. Et nous n’irons pas à leur rencontre. » A déclaré à Kewoulo.info une des dirigeantes de ce mouvement frontiste.

A cette demande comme à celle de laisser Mme Awa Diop Mbacké venir assister à leur réunion pour écouter leurs doléances et y remédier, Mme Astou Fall et ses camarades ont opposé un niet catégorique. « Il n’est pas question qu’elle vienne à notre rencontre. Elle avait promis de nous écraser, c’est nous qui allons l’écraser. » Dit-on du côté des contestataires. Pour montrer leur détermination à avoir la tête de la responsable des femmes, les frontistes envisagent même de mettre leur adhésion au parti sur la table. « Ce sera elle ou nous, mais l’un des camps va partir. » Avertissent-elles en choeur.

Du coté de la DSE, depuis que son nom a été mêlé au complot, M. Talla Daff, le chargé des médiations à l’APR, s’est lui aussi senti dans l’obligation de se défendre. Dans uns SMS qu’il a envoyé à ses camarades et dont Kewoulo.info a eu copie il a déclaré ceci : »je tenais à vous faire part de mon INDIGNATION quand on dit que Talla DAFF, Amadou Diallo, Cheikh AGNE et Malick GAYE sont en train de manipuler les femmes, de créer la division et de financer les femmes. Aucun de nous 4 n’a jamais agi pour diviser le parti. Au contraire nous avons toujours servi le parti. J’aborderai ce point avec sérénité le jour de l’AG de la DSE. »

Poursuivant sa diatribe contre ses camarades de la DSE, Talla Daff leur a fait savoir que « c’est trop facile de se défausser sur les autres quand on est incapable de prendre ses responsabilités et de régler un problème qui dure depuis 10 mois. Personne ne me prendra à défaut en ce qui concerne l’UNITE du Parti. »

Aussi, le maire adjoint de Mantes La Jolie a déclaré que « quand on est habitué à la Manipulation et au Calcul Politicien on se retrouve dans son propre piège. J’ai Hate de l’AG de la DSE ». Un message qui ne va, certainement, pas arranger les choses quand on sait que le chef de l’Etat, à l’écoute de sa diaspora, a déjà -et à de nombreuses reprises- fait état de son agacement face à la gueguerre que se livrent ses premiers responsables en France. 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire