Elections locales: A Kédougou, avec le rejet de la liste Yewwi, une bonne partie de la population est en révolte

L’exclusion de Moustapha Maba Guirassy des futures joutes électorales qui devront se tenir à Kédougou continue d’animer les débat dans “le pays hommes.” Si le camp présidentiel ne semble pas prêter attention au fait que c’est l’un des acteurs les plus populaires de la région qui vient d’être privé par le préfet de participation à ces élections locales, pour la grande majorité des Kédevins, “il est inimaginable d’organiser des votes à Kédougou sans la coalition Yéwwi Askan Wi.” Pendant ce temps, la Cour suprême qui doit se prononcer sur le sujet est pour le moment silencieux.

La tension est vive à Kédougou. Elle est très magmatique. Il suffit, désormais, d’un mot, d’une décision attendue de la cour Supreme pour que les populations soient, enfin, libérées du spectre des violences électorales qui les hante depuis quelques jours. Alors que, sur l’ensemble du territoire national, les candidats se préparent à aller aux élections locales, en entamant leurs meetings politiques respectifs, dans “le pays des hommes“, on en est encore aux supputations : ira-t-il ou pas aux élections locales. Des élections vont-elles ou non être organisée ici? Se passeront-elles dans la paix et el calme. Si on en est arrivé-là, c’est que l’homme dont la participation ou non occupe l’esprit et les conversations des Kédevins se nomme Moustapha Mamba Guirassy. Dans un passé récent, il a été tour à tour maire de Kédougou, ministre de la République en de nombreuses reprises. Si à cela s’ajoute le fait qu’il est le fils de Mamba Guirassy, l’homme politique le plus important de toute la grande région -quand Kédougou et Tambacounda étaient une-, il y a de quoi faire comprendre à tous que le leader de Yewwi Askan Wi n’est pas un homme qu’on peut marginaliser et terroriser. Ce n’est pas envisageable ni à Dakar ni ici, chez lui. A entendre les Kédovins, le candidat de Yewwi n’est pas un homme qui peut être exclu, ostracisé et mis sur la touche sans que personne ne bouge.

Alors que l’homme a décidé d’adopter une posture républicaine et a même demandé à ses soutiens de garder le calme et rester à l’écoute des autorités judiciaires, à Kédougou, un vent de révolte est en gestation. Et, de partout où l’on se trouve sur le territoire de Kédougou, le discours est le même: «Sans Yewwi Askan Wi, il n’y aura pas d’élection ici. » A les en croire, de tous les candidats à ces échéances prochaines, Moustapha Mamba Guirassy est l’homme le plus expérimenté de tous. Le plus populaire mais aussi celui qui, dans cette région, a réalisé plus de projets que tout autre homme politique. “Moustapha Guirassy est un digne fils de Kédougou et nous ne pouvons pas accepter de le voir exclu de cette élection, sans raison. Il a participé à de nombreuses élections et il n’a jamais été pris au dépourvu. La seule raison de cette exclusion, c’est le fait qu’ils ont peur de lui.” A fait savoir Fatoumata Dansokho, l’une des habitantes de Kédougou. “Cette ville nous appartient, et nous, c’est Moustapha Guirassy que nous avons choisi. Et, nous ne laisserons pas ces politiciens du régime décider à notre place qui va nous gouverner.”   

Pour Assane Sissokho, “si on exclu Moustapha Mamba Guirassy et Yewwi Askan Wi de ces élections, cela voudra dire que c’est moi, Assane, qu’ils ont décidé d’empêcher de participer aux élections. Parce que c’est lui mon candidat. Et cela nous ne le laisserons pas passer.” Pour Mbaye Khouma, un autre écorché vif du jeu politique, “c’est un sentiment de colère qui anime les populations. Et ça peut péter à tout instant.“. Et le fait de vouloir exclure Moustapha Guirassy de ces joutes électorales est la preuve que c’est bien l’Etat et Macky Sall qui ont décidé d’empêcher la participation d’un adversaire sérieux. “C’est parce qu’ils ont su que c’est Moustapha Guirassy que tous veulent voir à la mairie, qu’ils ont décidé de l’empêcher de participer aux élections. Et, ce qui est surprenant dans cette affaire, c’est que nous n’avons que des hommes d’affaires que la mouvance présidentielle a décidé de présenter à ces élections. C’est un phénomène qu’on n’avait jamais vu ici.” A fait savoir Mbaye Khouma.

Laisser un commentaire