Cyclisme: Les tops et les flops du Tour de France 2017

Cyclisme: Les tops et les flops du Tour

0

Après trois semaines sur les routes, l’édition 2017 de la plus grande course cycliste du monde a pris fin dimanche 23 juillet à Paris. L’occasion pour RFI de faire le point sur les tops et les flops de ce Tour de France remporté pour la quatrième fois par Christopher Froome, mais également très animé par les coureurs français.

LES TOPS

Chris Froome et la Sky

Cette quatrième victoire a certainement été la plus difficile pour Chris Froome. Le coureur britannique a dominé la course en gérant son effort mais c’est la première fois qu’il a été à ce point poussé dans ses retranchements. A l’arrivée à Paris, il a même avoué qu’il aurait pu perdre le Tour si ses concurrents l’avaient attaqué un peu plus tôt lors de la 12e étape ralliant Pau à Peyragudes. Dans un mauvais jour, Froome avait concédé une vingtaine de secondes dans le final de l’étape remportée par Romain Bardet. Le Britannique a toutefois pu compter pendant trois semaines sur ses équipiers. La formation Sky a affirmé son hégémonie sur le peloton en contrôlant la course de bout en bout. Le sens tactique de Chris Froome et ses aptitudes en contre-la-montre, supérieures à celles de ses concurrents, ont fait le reste, même si pour la première fois depuis son premier sacre, il n’a remporté aucune victoire d’étape.

Romain Bardet

Deuxième du classement général en 2016, troisième cette année, Romain Bardet a confirmé qu’il était bien le coureur français le mieux placé pour remporter un jour le Tour. L’Auvergnat a surtout montré qu’il était l’un des tous meilleurs grimpeurs du peloton, et qu’en montagne il avait largement les moyens de mettre Froome en difficulté comme lors de sa victoire à Peyragudes ou dans le col de l’Izoard, où les attaques répétées du Français on fait très mal au maillot jaune. A 26 ans, Bardet doit maintenant progresser en contre-la-montre pour espérer faire tomber le roi Froome de son trône et inscrire un jour son nom au palmarès de la Grande Boucle.

Les Français à l’attaque

Les coureurs français ont flambé sur ce Tour 2017. Avec cinq victoires d’étape, la France est le pays qui a le plus gagné à égalité avec l’Allemagne (le sprinteur Marcel Kittel a remporté cinq étapes à lui seul). Mieux encore, les coureurs français ont décroché des étapes de prestige comme Warren Barguil, vainqueur à Foix puis au sommet de l’Izoard, ce qui lui vaudra de ramener le maillot à pois à Paris, ou Romain Bardet qui est allé gagner au sprint devant les cadors du peloton dans la montée vers l’altiport de Peyragudes. Le jeune Lilian Calmejane a également éclaboussé de son talent la 8e étape de ce Tour 2017 en résistant au retour du peloton pour aller chercher à la station des Rousses sa première victoire d’étape sur le Tour pour sa première participation. On retiendra également la victoire d’Arnaud Démare lors de la 4e étape. La première victoire française au sprint depuis Jimmy Casper sur le Tour 2006.

LES FLOPS

Richie Porte

L’Australien était dans la forme de sa vie et faisait clairement figure de prétendant à la victoire finale. Sa terrible chute dans la descente du Mont du Chat l’a contraint à l’abandon dès la 9e étape et a privé le Tour d’un coureur qui aurait bien pu venir jouer les trouble-fêtes au sommet du classement général.

Peter Sagan

Le coureur slovaque ne sera resté que quatre jours sur le Tour de France, ce qui ne l’aura toutefois pas empêché de remporter une étape. Le champion du monde de la formation Borah-Hangsrohe s’est fait exclure de la Grande Boucle par les commissaires de course après avoir provoqué la chute de Mark Cavendish lors de l’arrivée au sprint de la 4e étape à Vittel. Une décision polémique, d’autant plus que Peter Sagan, coureur explosif parmi les plus spectaculaires du peloton, est le chouchou du public.

Nairo Quintana

Le coureur colombien, 3e du Tour en 2016, a fait le pari de doubler Tour d’Italie et Tour de France en 2017, une stratégie qui s’est avérée perdante. Le leader de l’équipe Movistar a réalisé le moins bon Tour de France de sa carrière en terminant 12e au classement général, lui qui n’avait jusqu’ici jamais fait moins bien qu’un podium. Le contrecoup de la fatigue s’est fait ressentir pour Quintana. Un scénario qui rappelle qu’il est extrêmement difficile d’enchaîner deux grands Tours en l’espace de quelques semaines.

 

Laisser un commentaire