Crise au Parti socialiste: De nouveaux rebelles sont exclus par Ousmane Tanor Dieng

La purge continue de plus belle au sein du parti socialiste. Après les 65 exclus du début de la semaine dont certains auraient fait amende honorable pour marcher au pas, les pros Tanor viennent de pousser d’autres responsables « rebelles » à la sortie. Et cette fois ci, les Sénégalais de l’extérieur sont les principaux visés par le sabre de Ousmane Tanor Dieng.

Ousmane Tanor Dieng est décidé à faire place nette autour de lui. Et, peu importe la personnalité comme le parcours des têtes à couper. Désormais, tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, tous ceux qui refusent d’entériner son « suicidaire choix » de soutenir bec et ongle la candidature de Macky Sall vont quitter le parti de Léopold Sédar Senghor. Après les pros Khalifa Sall, identifiés sur le territoire national, c’est au tour des partisans du maire de Dakar comme de Aissata Tall Sall, établis à l’étranger, de se voir retirer la carte du parti.

Premiers parmi les derniers exclus des rangs du PS, « M. Doro Sy -proche de Aissata Tall Sall-  Birahim Camara -l’un des plus actifs membres du PS en France-, Moussa Diémé -l’un des doyens du PS, Ndèye Satala Diop, Mody Ndiaye Ba, Chérif Aidara et Malick Youm sont, désormais, définitivement exclus des rangs du Parti socialiste de l’Europe de l’Est« . A fait remarquer Abdoulaye Wilane. Ces exclusions interviennent, moins de 72 heures après la publication de la liste des 65 premiers exclus; dont le maire de Dakar incarcéré depuis le 7 mars 2017 pour détournement de fonds publics et association de malfaiteurs.

Cette énième exclusion frappe la fédération de France où depuis plusieurs mois voire années, Ousmane Tanor Dieng, le Secretaire général du Ps, avait -lui-meme- préparé ses camarades à l’idée que le PS allait présenter sa propre candidature à la future présidentielle. Et depuis lors, l’idée a fait florès. A force d’entendre cette sentence répétée à plusieurs reprises dans la chapelle socialiste,  les responsables de base comme les militants ont fini par croire à la parole de Tanor Dieng.

Et cette « conviction » répétée en public par tout le monde ne pouvait être considérée que comme parole d’Evangile.  D’ailleurs, c’est avec conviction que Abdourahmane Diallo, le président de la section d’Epinay-Sur-Seine et bras droit de Tanor Dieng en France l’a martelé devant les caméras de Kewoulo avant que Ousmane Tanor Dieng demande à tous de faire, comme lui, une valse à quatre temps. Et de danser au rythme du Wango.

Laisser un commentaire