Covid -19 – Anticipation, Riposte et Inclusion: Les dividendes de la gestion proactive du ministère de la la Santé et de l’Action Sociale

Voilà bientôt trois mois que notre pays déclarait son premier cas de coronavirus (Covid-19), une maladie partie de la Chine en décembre 2019 pour épouser rapidement les contours d’une pandémie. Aujourd’hui , la barre des trois mille cas confirmés est franchie, plus de la moitié en patients guéris et une quarantaine de décès déplorés. Mais au-delà des statistiques dont la fine lecture alimenterait les matrices et autres hypothèses de travail des spécialistes de santé, un coup d’œil sur le chemin parcouru (parsemé d’embûches ?) dans la gestion du Covid -19, semble opportun.

Beaucoup de commentaires et rumeurs foisonnantes dans les medias et surtout sur les réseaux sociaux mais peu d’analyses objectives sur la gestion de la pandémie par le gouvernement au premier rang duquel le ministère de la la Santé et de l’Action Sociale qui abat un travail extraordinaire.
Normal peut-être en démocratie où la libre opinion ne saurait être tenue en laisse? De la surveillance à la prise en charge en passant la détection et la riposte, entre autres axes d’intervention, on peut dire –sans risque d’être démenti- que le gouvernement du Sénégal est bien sur le pied de guerre contre l’ennemi invisible et dévastateur. Bien avant le 2 mars 2019, une série de mesures avaient été prises afin de parer à toute éventualité.

Une stratégie coherente et concertée

Dans cette dynamique, un dispositif dont l’opérationnalité ne fait aujourd’hui l’ombre d’aucun doute, a été mis en place pour endiguer le fléau. Un dispositif perfectible certes, à l’aune des évaluations objectives des situations nourries par les apports fécondants d’esprits positifs mais qui a fini de démontrer la solidité et la fiabilité du système sanitaire de notre pays. Que l’on se comprenne bien ! Ils sont aussi légion, ces citoyens qui ne cessent de mesurer à leur juste valeur, l’engagement des membres du Comité national de gestion des épidémies, du Cous et des personnels soignants des divers plateaux techniques mis à contribution. Combien de nuits blanches au compteur de ces vaillants soldats de la Santé depuis l’enregistrement du premier cas confirmé ? À la pelle certainement ! Un capital humain sain et de qualité n’en vaut-il pas le prix, n’est –ce pas Dr Marie Khémesse et Bousso et autres Pr Seydi et Ndour sans oublier le bataillon silencieux qui arpente de jour comme de nuit les couloirs des centres et structures hospitalières dédiées ? Si seuls les trains qui n’arrivent pas à l’heure, attirent l’attention, ceux qui pointent à l’heure n’en méritent pas moins un regard attendrissant afin qu’ils continuent d’arriver à l’heure. Des erreurs de divers ordres dans l’activité quotidienne de gestion de la pandémie regroupant diverses tâches mesurables et tangibles qui ont toutes en commun, la poursuite d’un objectif précis( celui de bouter dehors l’ennemi), il y en a certainement eu ,et il y en aura très probablement encore.
L’essentiel n’est-il pas de les corriger tout en y tirant les meilleurs enseignements pour aller de l’avant, car seuls ceux qui décident et agissent ont le droit de se tromper. Mais une chose demeure sûre, Abdoulaye Diouf SARR et ses collaborateurs ont du mérite. En bon chef d’orchestre, le ministre de la Santé et de l’Action Sociale a su insuffler l’énergie et la vivacité nécessaires pour prendre à bras le corps ce fléau sanitaire d’un type nouveau.

Un style de management sobre et ouvert

Entre les réunions, les visites de terrain, les plateaux de télé et autres interviews accordés, il a su trouver la juste mesure pour se rendre compte et rendre compte à ses concitoyens sur l’évolution de la maladie. Redoutable adepte du travail, cet économiste doublé d’expert financier, a le souci du détail, c’est presque hobby chez lui-même s’il sait faire confiance à ses collaborateurs. On raconte qu’il lui arrive de retourner plusieurs fois un communiqué avant de se livrer à la presse. Méticuleux et bien organisé, il a appris à ne jamais remettre au lendemain ce qui peut être réalisé aujourd’hui même, raconte t-on dans son entourage. « On est toujours sous le feu de l’action avec lui. Il peut convoquer à tout moment une réunion et les rencontres programmées en soirée sont redoutées ici .Car, personne ne sait à quelle heure, elles peuvent prendre fin depuis le début de la crise sanitaire », confie un membre du Comité de gestion du Covid -19. Quand il fait le point de la situation, la charge psychologique transpire souvent mais il ne parle jamais sans avoir cerné les moindres contours du sujet avec les spécialistes. Mieux, Abdoulaye Diouf SARR sait écouter pour bien entendre, prompt à reconnaître et assumer ses erreurs pour repartir de plus belle.

Abou KANE

Laisser un commentaire