Combat contre Kaaris : Booba propose une nouvelle offre à son rival, il lui répond !

"Ressaisis-toi et signe"

Texte alternatif de la bannière

Les négociations entre Booba et Kaaris se poursuivent. Ce mardi 26 mars, le duc de Boulogne a annoncé qu’il préparait une nouvelle et dernière offre pour le rappeur de Sevran.

Booba est prêt à tout pour en découdre avec son ennemi juré. Invité sur le plateau de TPMP le 4 mars dernier, le duc de Boulogne a signé en direct le contrat de son combat contre Kaaris. Un document rédigé par les dirigeants de SHC, un championnat de boxe suisse, et qui répond à toutes les attentes du rappeur de Sevran. « Vous voulez un combat en Europe ? On y est. Vous ne voulez pas 20k ? On vous a compris, a déclaré un représentant il y a une dizaine de jours. C’est pour cette raison que la SHC vous fait une offre de 500 000 euros de prime plus 500 000 euros de prime de gagne : la SHC vous fait une offre d’un million d’euros qui respecte vos conditions et vos souhaits. »

Aussi alléchant soit-il, ce contrat n’a toujours pas été signé par Kaaris, qui semble plus que jamais vouloir se faire désirer. Mais Booba n’est pas près de lâcher l’affaire pour autant. La preuve, l’interprète de Boulbi a adressé une nouvelle offre à son rival, comme il l’a annoncé sur son compte Instagram, ce mardi 26 mars. « Tu vas recevoir une nouvelle et dernière offre. Si tu déclines, tu seras et resteras la plus grosse fiotte que la banlieue ait jamais portée. Pour ma part, si tu refuses, ça sera la dernière fois que je parle d’octogone », a-t-il tout d’abord écrit.

Toujours aussi taquin, Booba a poursuivi son message en se moquant de la carrière de son ennemi. « Tu as un malheureux contrat d’artiste chez Def Jam, ton dernier album est un fiasco malgré une réédition et un clash juste après la sortie, tu ne fais que des showcases foireux, ni concerts, ni festivals. C’est la fin Armand, ressaisis-toi et signe. Pense à ta famille. Gros bisous… » Une énième provocation à laquelle Kaaris a finalement répondu, laissant entendre qu’il était toujours ouvert à la négociation : « Envoie ton contrat gosse de riche. Booba, sale pu***n sous hormone, je vais te massacrer, j’ai juré. » Affaire à suivre !

Laisser un commentaire