Cameroun: réunion de sécurité après une nouvelle attaque en zone anglophone

0

Une réunion de sécurité exceptionnelle se tient ce vendredi 1er décembre 2017 à Yaoundé, au Cameroun, après une nouvelle attaque survenue dans la nuit du mercredi au jeudi 30 novembre 2017 en zone anglophone, dans la région Sud-Ouest. Trois personnes ont été tuées, dont deux policiers, alors qu’une attaque avait déjà eu lieu la veille.

Les évènements ont eu lieu mercredi soir, dans la localité d’Otu, au niveau d’un poste frontalier. Une équipe mixte, composée de militaires et de policiers, procédait à des contrôles de routine, d’après le porte-parole du gouvernement, quand une quinzaine d’assaillants sont apparus. Ils auraient alors ouvert le feu, tuant trois personnes dont deux policiers. Deux autres membres des forces de l’ordre ont été blessés. Un militaire a quant à lui pu abattre l’un des assaillants.

Que sait-on des assaillants ?

On connait l’identité de celui qui a été abattu. D’après les autorités, il s’agit d’un Camerounais âgé de 25 ans et originaire de la région anglophone du Nord-Ouest. Pour les autorités camerounaises, il n’y a guère de doutes sur le fait que cette attaque serait encore le fait des séparatistes anglophones. La veille déjà, dans la même région, vers Mamfe, quatre militaires avaient été tués dans une expédition du même type.

Jeudi, le président Paul Biya s’est exprimé à la télévision et à la radio nationale. « Les choses sont désormais parfaitement claires pour tout le monde, a-t-il dit. Le Cameroun est victime des attaques à répétition d’une bande de terroristes se réclamant d’un mouvement sécessionniste. Face à ces actes d’agression, je tiens à rassurer le peuple camerounais que toutes les dispositions sont prises pour mettre hors d’état de nuire ces criminels, et faire en sorte que la paix et la sécurité soient sauvegardées sur toute l’étendue du territoire national. »

Ce vendredi matin, le chef de l’Etat a donc convoqué une réunion spéciale d’évaluation de la sécurité sur le territoire national. Paul Biya n’assistait pas lui-même aux travaux en début d’après-midi, mais tous les chefs d’état-major et les directeurs généraux des services de l’intérieur, comme les sapeurs-pompiers ou la gendarmerie, y étaient. Fin septembre déjà, le gouvernement avait mis en place des mesures de sécurité drastiques.

Dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, durant plusieurs jours, un couvre-feu avait ainsi été imposé, les regroupements de plus de quatre personnes interdits, les bars fermés, les taxis interdits de circuler… On verra ce que donne cette réunion d’urgence. Le gouvernement camerounais reconnait en tout cas une escalade de la violence, après un an de crise dans ces régions où la minorité linguistique se sent marginalisée. Dix membres des forces de sécurité ont été tués en un mois en zone anglophone.

RFI

Laisser un commentaire