Bilan d’intégration dans la gendarmerie 512 femmes dont 28 officiers, 480 sous-officiers…en 14 ans

    « Femme dans la gendarmerie, bilan d’une décennie et perspectives », tels est le thème choisi  par les femmes de la gendarmerie nationale à l’occasion de l’atelier sur l’intégration des femmes dans la gendarmerie. 

    Pour cette première édition de l’évaluation de plus d’une décennie de présence des femmes dans la gendarmerie nationale, le haut commandant de la gendarmerie nationale et directeur de la justice militaire, Jean Baptiste Tine, a présidé la cérémonie d’ouverture.

    «Après plus d’une décennie dans un contexte social marqué par de profondes mutations  de la prise en compte croissante du genre dans les politiques publiques,  la problématique de l’intégration des personnels de sécurité au sein des forces de défense et de sécurité s’est posée avec acuité », a d’emblée expliqué Jean Baptiste Tine.

    Il poursuit : « C’est pourquoi, la gendarmerie consciente des enjeux socioéconomiques et face à des besoins opérationnels clairement identifiés a posé, en  2006, des jalons importants pour la promotion des femmes, leur intégration au sein de l’institution. Cette initiative salvatrice a sensiblement rehaussé son efficacité et amélioré ses performances, tout en répondant à une demande sociale de plus en plus pressante. »

    Depuis cette date, il informe que les ressources humaines de la gendarmerie ont régulièrement compté un nombre appréciable de personnels féminins pour atteindre en 2020 le chiffre de 512 dont 28 officiers, 4 élevés officiers 480 sous-officiers, avec un taux de recrutement de 5% de l’effectif global de l’armée.  

    De son côté, Mame Rokhaya Lo, présidente de la cellule genre de la gendarmerie nationale a soutenu que l’intégration des femmes dans les forces armées sénégalaises, expression d’une ferme volonté des hautes autorités de l’Etat, répond aux orientations des nations unies et des  Etats membres pour  assurer l’égalité des hommes et  des femmes dans tous les domaines et plus récemment dans le secteur  de la paix et de la sécurité. 

    Toutefois, elle rassure qu’au cours de cet atelier, la problématique de l’évaluation sur l’intégration de la femme au sein de la gendarmerie, sera examinée de façon approfondie et des échanges auront lieu sur d’autres sujets d’intérêt général.


     




     

    LAISSER UN COMMENTAIRE