Bernard Tapie se confie sur son cancer : « Je ne suis pas opti­miste »

Bernard Tapie se confie sur son cancer

Bernard Tapie, malade, a donné de ses nouvelles. D’ha­bi­tude combat­tant, l’homme d’af­faires a cepen­dant dévoilé ses doutes quant à sa guéri­son.

À 75 ans, Bernard Tapie se bat toujours contre un cancer de l’es­to­mac. Entouré de ses proches, l’homme d’af­faires n’a jamais eu l’in­ten­tion de bais­ser les bras et fait tout pour se débar­ras­ser du mal qui le ronge. C’est avec le soutien de ses proches, parti­cu­liè­re­ment de sa femme Domi­nique et de ses enfants, qu’il a subi une très lourde opéra­tion le 10 janvier dernier. Sur le plateau de Cnews, son ami Jacques Séguéla avait raconté son calvaire.

Avec plus de 20 kilos en moins sur la balance, Bernard Tapie souffre de « douleurs  » et de « diffi­cul­tés respi­ra­toires ». Jacques Séguéla s’était même montré très inquiet quant aux nouvelles séances de chimio­thé­ra­pie qu’il devait subir. «Son chirur­gien dit qu’il a peur qu’il n’ait pas la force de suppor­ter la chimio. J’ai eu un choc!», a-t-il révélé dans l’émis­sion L’Heure des pros. Quelques jours plus tard, Bernard tapie leur passait un coup de fil surprise.
L’an­cien patron de l’OM, qui brûlait d’en­vie de débattre sur la défaite du PSG en Ligue des Cham­pions, avait donné de ses nouvelles avec beau­coup de pudeur. « Il y a eu des millions de gens qui souffrent comme ça. Alors ça ne change pas, ça ne s’ag­grave pas en une minute. Et ça ne guérit pas en deux minutes. Donc ça suit son cours, avec ses bons et ses moins bons moments », avait-il confié, tout en rassu­rant les télé­spec­ta­teurs de part son éner­gie et son discours passionné en parlant de foot.

 

Mais si, sur les réseaux sociaux, Bernard Tapie est apparu à quelques reprises aux côtés de sa fille pour réaf­fir­mer sa comba­ti­vité et son envie de ne «rien lâcher», voilà qu’il se met à douter à propos de sa guéri­son. «Je vais moyen. Je ne suis pas opti­miste. Je suis lucide », a-t-il avoué dans les colonnes de L’Equipe, tout en affir­mant qu’il faisait «le match». «Il se passera ce qu’il se passera. Je suis obligé de me battre», a-t-il ajouté. Des décla­ra­tions qui prouvent que celui qu’on surnomme Nanar n’a pas dit son dernier mot.

Laisser un commentaire