Air Sénégal SA: Maïmouna Ndoye Seck achète deux avions ATR à 50 millions d’Euros

Air Sénégal SA: Maïmouna Ndoye Seck achète

0

Ouvert hier à une cinquantaine de kilomètres de Paris, le  salon de l’aéronautique du Bourget a eu une hôte avec une grande capacité d’achat. La ministre des transports aériens du Sénégal, qui a fait le déplacement au salon, a acheté deux avions ATR pour la nouvelle compagnie d’aviation.

Le salon de l’aéronautique du Bourget, à une cinquantaine de kilomètres de Paris, s’est ouvert sur deux notes majeures: la démission de Sylvie Goulard, la ministre des forces armées française empêtrée dans le scandale de présumés financements occultes de parlementaires Modem et les emplettes de Maïmouna Ndoye Seck, pour le compte de la nouvelle compagnie d’aviation du Sénégal.

A en croire des sources officielles, « le Sénégal a acheté deux avions ATR 72-600 français à coût de 50 millions d’Euros. » Ces avions qui doivent décoller le 7 décembre prochain de l’aéroport Blaise Diagne (AIBD) de Dias, ont été présentés hier au ministre sénégalais et à sa délégation.

D’une capacité de 68 voire 78 places, ces avions conçus pour le tiers monde n’ont jusque-là  été prisés que par les indiens qui en ont fait la commande de plusieurs exemplaires en mai dernier. « C’est, à cette période-là, selon des sources proches de l’aviation civile française, que les autorités sénégalaises ont fait part de leur désir de s’acheter ces appareils capables de se garer n’importe où sur des pistes courtes, non asphaltées. Et en tournant sur eux-mêmes. »

Autre avantage vantée de ces appareils, « ce turbo-propulseur offre 40% de consommation de moins qu’un jet de la même taille, il peut faire demi-tour sur lui-même, il n’a pas besoin d’équipements, de camionnettes pour le déchargement des bagages, il est parfaitement autonome », a déclaré Christian Scherer, directeur général d’ATR.

Ces appareils, à bord desquels le Wifi sera offert, ont été financés par un crédit-export auprès de la Coface et de la SACE, son homologue italienne. Ils doivent arriver au Sénégal en novembre prochain et le directeur général de AIR Sénégal SA, Mamadou Lamine Sow,  comme son ministre, Maïmouna Ndoye Seck, envisagent d’acquérir d’autres avions du même type auprès du constructeur aéronautique en vue d’assurer des liaisons internes comme vols vers l’Afrique voir l’Europe.

Ce marché qui a vu la concrétisation de cette transaction a été dirigé par Alexis Fekete, conseil en stratégie et banquier d’affaires dans l’aviation au sein du cabinet londonien Seabury. C’est ce cabinet qui a réalisé pour le compte du gouvernement sénégalais l’étude de faisabilité de la nouvelle compagnie. Et c’est lui qui a sélectionné ATR.

Pour sa vanter la pertinence de son choix, Alexis Fekete a déclaré que «cette nouvelle compagnie est structurée autour d’un plan plus solide que ses ancêtres. Souvent les compagnies africaines sont surdimensionnées avec une structure de coût plus élevée. Là il s’agit d’avoir une compagnie de la bonne taille, avec une structure de coût serrée et de l’utiliser comme un objet de développement économique. Le développement du hub de Dakar et le plan Sénégal Émergent participeront à la rentabilité d’Air Sénégal ».

PARTAGER
Article précédentSérie Dikoon: Saison 1, épisode 85 du Mercredi 21 Juin 2017 sur Kewoulo
Article suivantAdama Mbengue en France : « Rien de concret »
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire