Affaire Cheikh Gadiaga: Outré par l’amalgame entretenu, Gaston Mbengue parle de son inculpation

Affaire Cheikh Gadiaga: Outré par l'amalgame

Inculpé dans l’affaire Cheikh Gadiaga-Moise Rampino, l’homme d’affaires Gaston Mbengue est amer. Déçu de l’amalgame sciemment entretenu par la presse, pour le présenter comme le complice des malfaiteurs actuellement en détention pour chantage et extorsion de fonds, l’homme qui avait voulu apaiser la tension qui régnait entre les rédacteurs de Senegalinfo.net et des patrons pris pour cibles, Gaston Mbengue s’est confié à Kewoulo. 

« Père Gaston », comme l’appellent les intimes, est en colère. Il n’a pas aimé l’amalgame créé, sciemment, par les journalistes qui veulent le faire passer pour le complice des malfaiteurs, Cheikh Gadiaga et Moise Rampino, alors que l’enquête ouverte par la gendarmerie n’a jamais conclu à l’existence de tels liens. Hier, reçu dans les locaux de Kewoulo, l’ancien promoteur de luttes reconverti dans les affaires a tenu à apporter des éclaircissements à l’endroit de l’opinion.

S’il est vrai que Gaston Mbengue a été très tôt inculpé dans ce dossier, juste après l’arrivée du dossier dans le cabinet du juge d’instruction, le fait de porter cette mise en examen à la connaissance de l’opinion, au lendemain de la démonstration de sa proximité avec le président, lors de la tournée économique de Macky Sall, indique clairement qu’une opération de sape a été organisée. « Ma proximité avec le président de la République  dérange des gens. Et ils veulent passer cette histoire pour discréditer », s’est défendu Gaston Mbengue surpris que cette vielle affaire ait été montée en épingle et pompeusement reprises dans les revues de presse.

Aussi, pour une bonne information, le défenseur le plus en vue du président de la République a tenu à préciser qu’il ne connaissait pas, très bien, Cheikh Gadiaga comme il n’avait jamais, auparavant, vu Moise Rampino, le rédacteur des articles incendiaire du site Seneglainfo.net. D’ailleurs, l’éternel wadiste, Moise Rampino avait clairement dit à l’enquête préliminaire qu’il n’avait jamais vu « Père Gaston. » « Si on avait trouvé des preuves qui démontraient que Gaston était leur complique, il n’aurait pas été inculpé simplement, il aurait été arrêté comme Gadiaga et Rampino », avait clairement soutenu notre source judiciaire proche du dossier.

Et le cerveau de cette opération de racket, Cheikh Gadiaga, avait, lui aussi, blanchi Gaston Mbengue à la gendarmerie comme dans lors de ses rencontres avec le juge d’instruction en disant que « le rôle de l’homme d’affaire n’a consisté qu’à lui faire entendre raison » et à arrêter de s’attaquer à des personnalités. « Gaston Mbengue n’a tiré aucun profit de ces mises en relation. Ce que la justice cherche, c’est jusque quel niveau il avait connaissance des pratiques délictueuses de ces personnes », avait confié une source judiciaire à Kewoulo qui s’était intéressé au dossier.

 

 

Laisser un commentaire