Entretien Exclusif : El Hadji Hamidou Kassé déballe tout sur la situation socio-politique du Sénégal

Entretien Exclusif : El Hadji Hamidou Kassé débale tout

La voix du Palais monte au front. El Hadji Hamidou Kassé tacle Idrissa Seck, Karim Wade et Khalifa Sall, ainsi que tous ceux qui se prennent pour des messies. Dans l’entretien grand format qu’il a accordé à «voxPopuli», le ministre chargé de la Communication de la Présidence de la République revient également sur la visite du Président chinois au Sénégal. En attendant le dernier jet sur le social et l’eau, demain.

 

L’actualité, c’est la visite du Président chinois qui vient de quitter Dakar il y a moins de 48 heures. Si vous deviez faire une petite évaluation par rapport à ce qui a été obtenu comme résultats durant ce séjour pour le Sénégal, que retiendriez-vous ?

Je pense que le résultat est multiple. C’est d’abord la confirmation de l’excellence des relations entre le Sénégal et la république populaire de Chine. C’est également la confirmation de l’amitié et des relations personnelles qui unissent les deux chefs d’état, le président Macky Sall et le président Xi Jinping. C’est également les retombées, parce que le Sénégal et la Chine ont signé un partenariat stratégique global. Dans le lexique des Chinois, le partenariat stratégique global est le niveau le plus élevé en matière de partenariat, parce que c’est un partenariat qui englobe toutes sortes de domaines, il n’est pas limité. Maintenant, de façon concrète, le Sénégal et la Chine ont signé dix accords, composés de mémorandums dans les domaines judiciaire, ferroviaire et économique de façon générale. L’autre aspect, c’est que le président chinois est considéré comme l’homme le plus puissant du monde et la Chine comme un véritable pôle en matière de développement et de géopolitique. Le président chinois a commencé sa visite à partir du Sénégal, la logique aurait voulu qu’il commence par d’autres zones, parce qu’il y a trois étapes : Sénégal, Afrique du sud et Rwanda. Mais il a commencé par-là, parce qu’il considère que le Sénégal est une excellente porte d’entrée en Afrique, notamment en Afrique de l’ouest. Donc, de façon globale, on peut se féliciter de cette visite exceptionnelle du président chinois chez nous et de l’avenir des relations entre les deux pays. L’autre aspect, c’est que la Chines’intéresse à nous parce que nous avons un cadre macro-économique stable, avec des ressorts assez solides, puisque nous avons un taux de croissance de l’économie en hausse régulière. C’est la marque d’une bonne tenue, notamment des finances publiques, mais aussi des leviers de l’économie, comme l’agriculture, l’élevage, la pêche, le tourisme, la maîtrise de l’énergie. Ce taux de croissance en hausse régulière n’est pas du hasard, parce que si ça se répète de 2012 à aujourd’hui, cela montre que nous sommes sur la bonne trajectoire. Mais surtout que nous avons des perspectives économiques très intéressantes avec l’exploitation future des ressources pétrolières et gazières qui explique l’intérêt de la Chine.

Est-ce que le pétrole n’est pas un facteur déterminant dans cet intérêt avec une Chine grosse consommatrice d’hydrocarbures ?

Attention ! depuis 2005, la coopération chinoise a mobilisé plus de 1000 milliards de francs CFA chez nous. Et depuis 2012, c’est plus de 58% de cette masse globale dans le cadre de cette coopération-là. Cela veut dire que la qualité de nos relations n’a pas attendu la découverte des ressources pétrolières et gazières. C’est depuis 2012 que nous montons en puissance et cela, du fait simplement que nous avons un modèle de stabilité, de cohésion sociale et de stabilité au plan géopolitique, dans un îlot plus ou moins incertain. Mais dieu merci, nous avons un pays stable. Et ça, ça attire forcément. Mais le pétrole et le gaz viennent renforcer nos relations avec les pays, parce qu’il n’y a pas que la Chine. On est partenaire avec les Etats-Unis, la France et d’autres pays. Depuis la découverte de ces ressources, le président de la république, en tant que praticien du secteur, parce
qu’il est ingénieur géologue, qui a fait partie des équipes qui ont conduit les recherches, pour avoir été chef de la division base de données à Pétrosen, donc il connait très bien le secteur. Et depuis qu’on a annoncé les découvertes, il a rallié les meilleures compétences aux plans scientifique, technique et juridique, justement faire en sorte qu’il y ait le maximum de garanties afin que le pétrole et le gaz sénégalais soient exploités de façon optimale, efficiente et bénéfique pour notre pays. Et les schémas de négociation ont fait que nous frôlons 50 à 65% de revenus pétroliers. Non seulement les parts que nous avons dans l’exploitation, mais également les taxes et les impôts, font que nous gagnons énormément dans l’exploitation de ces ressources.

A quelques mois de la Présidentielle, la situation est tendue par rapport au processus électoral et aux risques de contestations…

Les contestations dépendent de manière générale de l’organisation des élections. Je ne crois pas qu’il y aura des contestations, pour la bonne et simple raison que le processus électoral, de façon générale, c’est-à-dire depuis l’ouverture des listes jusqu’à la proclamation des résultats et à la période contentieuse, jusqu’à la proclamation définitive des résultats, il y
a une transparence telle que le seuil de contestation est extrêmement marginal. Le système
électoral sénégalais est tel que personne ne peut frauder, quelle que soit sa volonté. Ce
n’est plus possible. Nous avons un système verrouillé, régi par des textes et des mécanismes
tels qu’il est impossible de le manipuler pour frauder. La preuve, depuis pratiquement 2000
jusqu’à aujourd’hui, personne n’a pratiquement vu de contestations véritables sur les élections. Mais avant, et ça, il faut le rappeler, il y a eu des émeutes.
Dakar était une ville quasiment en insurrection en février 88. Ça s’est soldé par l’arrestation du principal leader de l’opposition d’alors, par des casses. 1993, ça s’est soldé par la mort d’un juge. 1998, c’étaient des élections législatives avec de très vives contestations. Mais en 2000, le seuil de contestation était marginal. En 2007, il n’y a quasiment pas eu de contestations. En 2012, idem. Et les élections locales, législatives, référendaires qui ont suivi, il n’y a pas eu de contestations, parce que le système électoral sénégalais est un système fiable. Moi, je ne crains nullement qu’il y ait des contestations, parce que le système est transparent. Maintenant, la tension entre les forces politiques, ça, c’est un fait récurrent. Si vous remarquez, toutes les périodes préélectorales ont été marquées par de vives tensions dans ce pays, car c’est la montée des surenchères, l’avant-combat. Et à l’avant-combat, il y a toujours un petit seuil dramatique. Mais quand on sera dans l’instant décisif du dénouement, c’est-à-dire le jour des élections, les choses se tassent, parce que chacun sait que le processus est tout à fait clair et transparent. D’abord, tous les partis ou candidats sont représentés dans les bureaux de votes. Ensuite, il y a les observateurs indépendants. Enfin, il y a les journalistes qui ne sont pas dans le dispositif institutionnel légal, mais qui sont des acteurs dans le décompte et la diffusion des résultats.

Il y a un problème de confiance qui se pose aujourd’hui entre l’opposition et le pouvoir. Est-ce qu’on peut s’attendre à ce que Macky Sall nomme un homme neutre pour l’organisation des élections en 2019, comme Diouf et Wade l’ont fait ?

Il ne faut pas être dans les dogmes. En 2000 où le seuil de contestation a été très relatif,
oui, il y avait des hommes de tenue aux manettes du processus. Même chose en 2012 avec Cheikh Gueye. On peut appeler ça, la période post-contestation. Mais aujourd’hui, on a dépassé ça. On a verrouillé le système à tel point qu’on n’a pas besoin d’un militaire pour garantir la sécurité du processus électoral. Il faut savoir ouvrir des pages et les refermer. Aujourd’hui, cette page où on nomme un militaire au ministère de l’intérieur pour restaurer la confiance est passée, parce que simplement, nous sommes parvenus progressivement à verrouiller le système. Ce qui fait que, comme c’est un système impersonnel, qui fonctionne par lui, même s’il n’y avait pas de ministre de l’intérieur, les élections allaient avoir lieu, car les textes sont là, les mécanismes sont là, les structures d’organisation sont là. Donc, ce n’est pas la personne qui est importante. Ce qui est important, c’est le processus, le système. Et d’ailleurs, les élections locales de 2014, nous avons perdu des villes et pourtant, c’est quelqu’un de notre camp qui était ministre de l’intérieur. C’est dire que ça n’a strictement rien à voir.

On vous accuse aujourd’hui de vouloir écarter certains candidats comme Karim Wade et Khalifa Sall…

Vous me donnez l’occasion de clarifier une à deux choses. Un : Nous n’avons la volonté d’écarter qui que ce soit du processus électoral. Aucune volonté, ça n’a jamais été le cas et je le dis de la manière la plus formelle. Maintenant, depuis 2012, nous avons opté pour la lutte contre les injustices et les inégalités sociales. Cela veut dire quoi ? Cela veut dire que tous les citoyens sont absolument égaux devant la loi. Il n’y a plus de privilège de naissance, de position sociale, politique, économique ou même symbolique. Et ça, c’est important. Par conséquent, si un délit est commis par n’importe quel citoyen, la loi est là dans son impersonnalité. C’est aussi simple que ça. C’est-à-dire que tu sois intellectuel, homme politique, marchand ambulant, ouvrier, paysan, si tu commets un délit ou une infraction, tu fais face à la loi, de façon égale, parce que la république proclame que nous sommes d’égale dignité. Il n’y a pas de privilège. C’est tout ce qui s’est passé. Il y a eu des acteurs politiques qui ont eu maille à partir avec la justice et malheureusement, très souvent, on oublie les faits qui les ont menés à cette situation et on met l’accent sur leur profil. Il y a un problème. Tous les jours, des sénégalais ont maille à partir avec la justice, mais on ne parle pas d’eux. Mais si c’est un acteur politique d’un certain profil, alors là, ça devient intéressant, on parle de règlement de comptes politiques. Et on oublie le fait pour lequel il a été condamné par la justice. C’est un problème. Nous avons pensé que quel que soit le profil de la personne, elle doit se soumettre à la logique de la justice. Quelqu’un qui a été reconnu coupable d’enrichissement illicite (Karim Wade) et a été condamné par le fait de la loi, parlons d’abord de ce fait. Mais son statut ne peut pas primer sur la justice. Vous prenez le cas d’un pays comme la France, en plein vol, un candidat qui était promu à la présidence (ndlr : François Fillon) a été désintégré, oui ou non, lors de ces élections passées. Pour autant, on n’a pas parlé de règlement de comptes politiques. Aux Etats-Unis, une dame qui était pratiquement élue (ndlr : Hilary Clinton), en plein vote, elle a été désintégrée, parce que les gens ont publié des choses sur elle. Pour autant, on n’a pas parlé de règlement de comptes politiques. C’est à dire que le statut ou le profil de cette personne n’a pas primé sur la logique de la justice. L’autre dont vous parlez (Khalifa Sall), a reconnu lui-même avoir utilisé de fausses factures. Et il a dit, je l’ai fait parce que mes prédécesseurs le faisaient. Je l’ai fait pour justifier l’utilisation des fonds. Ensuite, il dit ce que sont des fonds politiques. Mais si ce sont des fonds politiques, on n’a pas besoin de justificatifs. Et après ça, on parle de règlement de comptes politiques, on dit qu’on veut l’écarter. Non, pas du tout ! C’est juste parce que la loi a été appliquée. Mais cette dernière affaire est pendante devant la justice et je n’ai pas à la commenter. Je veux juste dire que le profil des gens ne doit pas primer sur la logique de la justice. Si tant est que tous les citoyens sont égaux devant la loi, on n’a pas à prendre celui qui a volé une poule ou un morceau de pain, parce que c’est anonyme, un sénégalais lambda, on ne s’en occupe pas, mais si c’est un homme politique qui détourne de l’argent et qu’on arrête, là, c’est le branle-bas. Maintenant, je comprends que ce que nous sommes en train de faire est tout à fait nouveau. Et c’est pourquoi il y a des gens qui ne le comprennent pas. C’est à dire prendre sur nous la responsabilité de la lutte contre les injustices et les inégalités sociales, mettre les citoyens sur un pied d’égalité devant la loi, c’est quelque chose qui est relativement nouveau dans notre pays, mais que nous allons poursuivre pour que les citoyens sénégalais se sentent en sécurité, parce que les ressources seront en sécurité. Rendez-vous compte que c’est parce que nous avons fait honnêtement une politique de bonne gouvernance depuis 2012, que nous avons pu réaliser des centaines et des centaines de forages, que nous pouvons distribuer des bourses de solidarité sociale à 400 000 ménages, que nous pouvons financer nous-mêmes des programmes d’infrastructures, la formation, dégager 30 milliards avec la délégation à l’entrepreneuriat rapide (der) pour les jeunes et les femmes qui veulent entreprendre, etc. C’est grâce à cette politique qu’en 6 ans, dans certains secteurs, en termes d’intensité, ce que nous avons fait dépasse largement ce que nous avons connu en 52 ans.

Mais on vous reproche de faire dans une justice sélective, notamment avec les rapports qui accablent des responsables de votre camp…

Sur cette question, notez qu’il y a eu des missions de contrôle et des rapports. Et tous ces rapports ont été exploités, parce qu’il y a deux types de traitement. Vous pouvez avoir un rapport qui renvoie le décisionnaire, le maire par exemple, devant la Chambre de discipline financière. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que le maire rembourse et le dossier est classé. Il y a le cas de détournement de deniers. Et là, c’est autre chose. C’est la justice qui est saisie et le dossier est traité d’une autre manière. C’est tout. Sinon, tous les maires qui ont été contrôlés, leurs dossiers ont été exactement traités de la même manière. Mais la nature des délits est différente. C’est ce qui explique qu’il y ait des maires de l’APR, du Ps, de reWmi, etc. qui ont été contrôlés, mais qu’il n’y ait pas eu de suites judiciaires. Deuxièmement, tous les dossiers qui le méritent ont fait l’objet d’un traitement judiciaire. Tous les dossiers. Faisons confiance à la justice et attendons de voir. Qu’on soit de l’APR, de l’Afp, du pds, les dossiers transmis à la justice seront traités. Mais moi, je ne suis pas juge pour dire que c’est à telle ou telle période. Mais du point de vue de la norme, ces dossiers seront traités, c’est absolument clair.

Est-ce qu’on peut avoir la perception qu’un homme comme Macky Sall, qui a été élu sur la base d’un programme d’espoir, a sur la crise de l’eau qui est devenue assez prégnante à Dakar ?

Vous me permettrez là de rappeler ceci : le Président Macky Sall a parcouru le Sénégal de long en large, il a fait des milliers de kilomètres à partir de 2009. Il a visité des centaines et des centaines de villages et une des priorités exprimées par les Sénégalais, surtout de l’intérieur, la première priorité, c’était l’eau potable. Vous prenez un village comme Saré Liwou, dans le département de Matam, il n’y avait rien, pas une goutte d’eau potable. Les femmes étaient obligées de faire des kilomètres tous les jours pour chercher des gouttes d’eau qui ne soient pas potables en plus. Il n’y avait pas d’électricité, pas de routes, rien. Et quand Macky Sall a eu le pouvoir, une de ses priorités pour l’intérieur du pays, c’était justement l’eau potable. Et aujourd’hui, ce sont des centaines et des centaines de forages entre 2012 et aujourd’hui. Et pour vous donner des indicateurs précis, on a construit environ 40 forages par an de 1960 à 2000 à peu près. Au point qu’on parlait du Président Diouf comme «Monsieur forage». C’est une quantité appréciable de forages que les socialistes ont construits pour l’accès des populations à l’eau potable. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient faire, ce qui est excellent. De 2000 à 2012, avec les libéraux, on est passé à plus de 60 forages à peu près par an. C’est un effort et c’était excellent. Mais de 2012 à aujourd’hui, nous sommes montés en puissance pour passer à 140 forages par an. Si vous cumulez les programmes classiques du ministère de l’Hydraulique, les programmes du PUDC, que tout le monde connaît, le programme spécial avec la Chine de 251 forages, sans compter de petits projets avec des ONG ainsi de suite, on est à pratiquement 140 forages par an. C’est un changement d’échelle extraordinaire. C’est juste un exemple, un village comme Saré Liwou aujourd’hui a, non seulement accès à l’eau potable, les femmes avec l’électricité ont accès à des activités socioéconomiques. C’est la vie elle-même qui a repris dans les villages comme Saré Liwou.

Maintenant, dans le milieu urbain, Dakar est alimenté en eau par le Lac de Guiers. Cette eau là est traitée à Keur Momar Sarr par deux usines. Mais il se trouve qu’il y a un déficit important au niveau de Dakar, il y a des périodes de tension quand il y a la chaleur, quand il y a également des gens qui construisent de plus en plus en hauteur. Même si on l’avait prévu, il y a eu un retard d’investissements qui nous faut rattraper aujourd’hui. Et c’est pourquoi, le gouvernement a lancé deux ouvrages extrêmement importants, le chantier de Keur Momar Sarr, la troisième usine de Keur Momar Sarr et l’usine de dessalement des eaux de mer aux Mamelles. Là, il y avait des occupants que l’Etat a indemnisés, je crois à hauteur de 10 milliards et ils ont libéré l’espace. L’usine va être implantée là-bas sous peu. Donc l’usine numéro trois de Keur Momar Sarr KMS 3 et l’usine de dessalement des eaux de mer vont apporter une solution durable au problème de l’alimentation de Dakar en eau potable. En attendant, pour soulager la souffrance des populations, plus de 11 forages ont été construits vers Bayakh. Ils vont être inaugurés bientôt, ça va soulager sérieusement les populations. Ce qui est important également, c’est que les gens aient souffert de cette pénurie d’eau et il y a eu la compréhension de la population. Les populations comprennent les efforts du gouvernement. Et puis, ces déficits-là ne sont pas du fait de notre politique, puisque nous, on est là depuis 6 ans. Mais ça, ce sont des déficits accumulés depuis longtemps. Le Sénégal indépendant a 58 ans aujourd’hui. Nous ne le gérons que depuis 6 ans, donc nous gérons des gaps de 52 ans. Mais ça, les gens l’oublient souvent.

Et donc, il faut remercier les populations pour leur compréhension. D’autant que la pénurie, c’est dans quelques zones à Dakar. Ce n’est pas toute la ville de Dakar. Mais je pense que, progressivement, la situation va être nettement améliorée. Mais on ne peut pas dire que tout va être réglé immédiatement. Il faut maintenant des mesures transitoires avec la construction de forages, avec des citernes dans les quartiers et les zones déficitaires, en attendant que l’on arrive à une situation normale, comme on l’a fait avec l’électricité.

L’électricité en 2011, il y avait des émeutes de l’électricité, notamment le 27 juin 2011. Dans tous les quartiers de Dakar, un peu partout au Sénégal, c’étaient des émeutes. Parce qu’il y avait un déficit, il y avait une crise extrêmement grave. L’ancien régime a dépensé beaucoup d’argent, j’allais dire brûler des milliards dans le «Plan Takkal», sans résultat. Mais tout ça, est passé. Je rappelle que de 1960 à 2012, nous avions 500 mégawatts. Et donc le déficit était chronique. Mais de 2012 à aujourd’hui, nous sommes à 1200 mégawatts. S’il n’y a pas coupure d’électricité, de délestage, une journée sans lumière, c’est grâce à ça. Le Président a misé sur le mixte énergétique et aujourd’hui nous avons des centaines, nous frôlons les 200 Mégats en énergie renouvelable. Cela veut dire que pendant 52 ans, nous avons géré un parc de 500 Mégats et en 6 ans, nous l’avons plus que doublé. C’est complétement une révolution, c’est un changement d’échelle. Et je pouvais citer d’autres secteurs.

Pour dire que pour l’eau également, on est en train de mettre les bouchées doubles pour apporter une situation définitive au déficit de Dakar. Parce que pour l’essentiel, la situation de crise c’est dans la région de Dakar.

 

Que vous inspire la ruée des transhumants vers la formation présidentielle ?

Le problème, c’est que quand des membres de la majorité quittent pour aller dans l’opposition, c’est vertueux ; quand les autres quittent l’opposition pour venir au pouvoir, c’est des transhumants. Il y a un problème. Donc il faut trouver un nom à ceux qui font l’inverse également. Je pense qu’il y a beaucoup de sénégalais, aujourd’hui, au sein des formations de l’opposition, qui pensent que malgré les difficultés, le pouvoir en place depuis 2012 réalise des performances réelles. Et ça, c’est du concret. De 1960 à 2012, nous avons réalisé 32 km d’autoroute. Ce qui fait que quand tu voulais partir de Dakar sur Thiès, tu fais 4 heures à Rufisque. Nous sommes aujourd’hui à combien de kilomètres d’autoroute ? Avec l’autoroute « Ila Touba », nous serons à plus de 200 km. Et la tendance va se poursuivre, qui fait qu’aujourd’hui, pour aller à Thiès, c’est 1 heure maximum. Dans le domaine de l’électricité, de la production arachidière et agricole, partout, c’est des performances. Le transport, depuis quand vous n’avez pas entendu parler de crise ? pourtant, Dakar dem dikk était à genoux en 2012. Mais aujourd’hui, non seulement on est auto-suffisant en bus et ils sont à l’heure, mais nous nous payons même le luxe d’avoir Sénégal dem dikk et bientôt Afrique dem dikk avec des bus climatisés qui vont dans la sous-région. Et tout ça en 5 ans. Nous avons diversifié également nos partenariats, au point qu’aucun pays ne peut se prévaloir de dominer l’économie sénégalaise. Nous avons maintenant nos relations classiques et privilégiés avec nos partenaires traditionnels comme la France, certes. Et moi je pense que ceux qui disent « France dégage » sont irresponsables. Moi je suis très poli, je suis un démocratique, j’accepte que les gens disent ce qu’ils pensent. Mais aussi mon opinion, c’est que ceux qui pensent que la France doit dégager du Sénégal sont irresponsables.

Comment expliquez-vous que Macky Sall, de grand pourfendeur de la transhumance, devienne un chantre de ce phénomène ?


Il y a quelques jours, la coalition disso amenée par modou diagne fada a rallié la majorité. Quelques jours après, c’est le parti les démocrates réformateurs (ldr) Yessal, de ce même diagne fada, qui est venu avec tout le bureau élargi, plus de 400 personnes, des acteurs de taille, d’anciens ministres, députés, etc. et leur discours était simple : nous avons réalisé que le président Macky Sall a réalisé des performances pour le pays. Et ces performances-là vont être accentuées par les découvertes gazières et pétrolières et nous voulons soutenir le président. Moi, les mots, et c’est quand même paradoxal qu’un philosophe le dise, mais les mots pour moi, ici, dans ce cas concret, importent peu. L’essentiel, c’est que ce sont des sénégalais. Mais pourquoi certains sénégalais se croient plus vertueux que les autres ? la plupart de ceux qui sont aujourd’hui dans l’opposition, ont été au pouvoir. Quelqu’un comme Idrissa Seck, il a eu tous les pouvoirs entre 2000 et 2004. Il fut l’homme le plus puissant de ce pays-là. Qu’est-ce qu’il a fait de ce pouvoir ? il a joué avec. Il a fait des règlements de comptes, il a emprisonné des gens, il a liquidé des carrières. C’est ça la vérité. Et puis, il a fait des révélations sur ses relations avec Abdoulaye Wade, notamment par rapport à l’argent. Et aujourd’hui, il pense qu’il n’est plus de « bakka », il est de «makka». Ça n’a pas de sens. C’est totalement faux. C’est comme monsieur Karim Wade, il a été condamné pour enrichissement illicite. Et le projet monarchique de dévolution du pouvoir était un projet en œuvre. Les gens oublient qu’entre 2011 et 2012, il y a eu plus de 17 morts, des manifestations, des gens qui refusaient qu’on s’accapare de leurs terres. C’est le cas de Malick Ba. Et les gens oublient que Malick Ba est mort à Sangalkam. Le cas de Mamadou Diop, le cas des gens de mbane, de fanaye, un peu partout à travers le pays. Les gens oublient, y compris aussi les policiers morts comme ça, parce qu’il y avait des dirigeants têtus qui voulaient réaliser une ambition monarchique et dynastique pour ce pays-là. Et les gens pensent que les sénégalais ont oublié et ils osent parler de transhumance. Pour nous, le problème, c’est que nous voulons que toutes les forces vives de la nation soient ensemble, y compris celles qui sont encore dans l’opposition. Qu’on sache que notre pays a encore des déficits à combler. Et ces déficits-là, qu’on soit libéral, marxiste, nationaliste, capitaliste, socialiste, on les trouvera toujours là. Qu’il y a une période historique qui va nous permettre de les régler, quel que soit celui qui est au pouvoir. La question de l’eau. On a encore des problèmes d’eau potable. Dakar au moins, tu peux acheter ça, mais il y a des populations dans le monde rural qui n’ont pas les moyens d’acheter de l’eau et qui boivent encore avec l’eau de marigot, ainsi de suite. Mais ça, c’est des déficits que nous avons trouvés et qu’on est en train de solutionner. Il y a des pistes de production à faire, c’est vrai que nous avons fait des milliers de villages à électrifier. Là, je devais vous dire que de 2000 à 2012, le président Wade a électrifié 1200 villages, ce qui est une excellente chose. Mais nous, nous avons électrifié 1800 villages en moins de 6 ans. Mais ça, c’est du concret. Et aujourd’hui tous ces villages-là, non seulement sont éclairés, mais les jeunes, les femmes peuvent entreprendre des activités économiques. Ça, c’est la réalité. Et nous voulons que les forces vives de la nation rejoignent la majorité, qu’on renouvelle le bail avec le président Macky Sall qui, pendant 5 ans, va poursuivre l’œuvre de construction nationale. Et qu’on exploite de façon efficiente nos ressources gazières et pétrolières pour permettre au Sénégal de monter en puissance, pour construire un Sénégal nouveau pour les jeunes, pour les femmes, pour les plus démunies. Et qu’on sorte de l’état de sous-développement.

On note une floraison de candidatures de personnages nouveaux dans le landerneau politique, les Hadjibou Soumaré, Gouda Kane Fall, Boubacar Camara, etc. Qu’en pensez-vous ?

En tout cas, lors des législatives passées, on a vu des anciens premiers ministres. Mais vous savez, il faut éviter de jouer au messie. Les prophètes sont des créations de dieu et ils ne surviennent pas tous les jours. Ils sont ce qu’on pourrait appeler des exceptions dans la grande marche de l’histoire. Ils arrivent à des moments cruciaux et il est important de ne pas se comparer au prophète, comme le « bakkaiste » (ndlr : allusion à Idrissa Seck). Vous verrez dans ces déclarations, qu’il se compare au prophète. Il faut faire attention, parce qu’à force de jouer avec ça, vous tombez dans le « bakkaisme ». Le temps des prophètes est un temps divin. Et les prophètes ne courent pas les rues. Or, certains anciens premiers ministres pensent qu’ils sont des messies, malgré l’expérience désastreuse de leur participation à une élection. Les législatives dernières sont là pour prouver que ce n’est pas messie qui veut.

Laisser un commentaire