Lula emprisonné, ses partisans restent mobilisés contre «une injustice»

L'ancien président brésilien

L’ancien président brésilien s’est finalement rendu à la police pour purger sa peine. Mais pour ses partisans, rassemblés jusqu’au bout à ses côtés, son arrestation s’apparente à un putsch.

«Je ne suis pas caché. Je vais y aller, pour qu’ils sachent que je n’ai pas peur.» Juché sur une estrade, entouré de sa garde rapprochée et de la foule massée devant le syndicat des métallos de São Bernardo do Campo, dans la banlieue industrielle de São Paulo, Luiz Inácio Lula da Silva a annoncé samedi dans son premier discours depuis le mandat de dépôt émis contre lui jeudi, qu’il se rendrait bien à la police, pour commencer à purger sa peine de 12 ans et un mois de prison pour corruption. Il s’est rendu en début de soirée et a été transféré en avion puis hélicoptère à la prison de Curitiba, dans le sud, où il a passé sa première nuit.Défait, certes, mais «la tête haute».

Et soucieux de faire montre de sa force, lui qui est «le plus grand leader populaire que le Brésil n’ait jamais eu», dixit Gleisi Hoffmann, la présidente de sa formation, le Parti des travailleurs (PT). Le chef historique du PT était retranché ici, en ce lieu symbolique où il entama sa fulgurante trajectoire, et désormais épicentre de la «résistance», depuis que le juge Sergio Moro a émis son mandat de dépôt, jeudi. Ses partisans se sont massés dans la rue attenante pour former un «corridor humain» et tenter jusqu’au bout d’empêcher son arrestation, retardant plus d’une heure sa reddition.

 

«Pour que le putsch soit complet, il fallait aussi empêcher le retour de Lula»

Libération a passé parmi eux les dernières heures avant l’expiration du délai imparti à Lula – mais finalement non respecté – pour se rendre, soit le vendredi 5 avril à 17 heures locales. «Nous sommes tous Lula !s’exalte Veronica, une quinquagénaire. Il va falloir nous passer dessus pour venir l’arrêter !» A l’heure dite, et alors que les hélicoptères de la police survolent le «bunker» de l’ancien président du Brésil (2003- 2011), la clameur monte, immense. «N’aie pas peur !», scande la foule. «Nous ne défions pas la justice, bien qu’elle ait condamné Lula sans preuves», déclare à la tribune Guilherme Boulos, le leader des sans-toit. «Lula, guerrier du peuple brésilien!», entonnent les manifestants, en agitant des drapeaux, de syndicats ou de mouvements populaires. Même les plus jeunes chantent le jingle de sa première campagne, en 1989 : «Lula là !», à la présidence.

Nelson, sociologue à la retraite, est venu sur sa canne. Comme beaucoup, il porte un t-shirt floqué de la photo de Lula lors de son arrestation par la dictature (pour avoir organisé des grèves). Histoire de montrer qu’aujourd’hui aussi, cette nouvelle arrestation est «politique». «Ils ont d’abord déposé la présidente élue Dilma Rousseff et s’emploient depuis à brader nos richesses aux multinationales,énonce Nelson. Mais pour que le putsch soit complet, il fallait aussi empêcher le retour de Lula», qui était en tête des sondages pour la présidentielle d’octobre. «La droite veut reprendre le pouvoir de force, parce qu’elle ne parvient plus à le faire par la voie électorale»,renchérit Rodrigo, jeune métallo, par allusion au Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), qui fut l’un des moteurs de l’impeachment, après avoir essuyé quatre défaites successives face au PT.

L’hélicoptère de TV Globo, leader de l’audimat, est hué par un doigt d’honneur collectif. «La Globo a instillé la haine contre le PT, en faisant croire que le parti est plus corrompu que les autres et que Lula est un voleur, explique Priscilla, étudiante. Mais quand les accusations contre la droite sont classées sans suite par une justice biaisée, Globo présente ça comme s’il n’y avait rien d’anormal.» Priscilla est venue malgré la peur de débordements. «Grâce aux politiques publiques de Lula, ma famille, très pauvre, a vécu une ascension sociale», justifie-t-elle. Elle-même a pu entrer à la fac grâce à une bourse d’études. «La jeunesse défavorisée et de couleur a désormais droit de cité dans les universités, renchérit Lúcia, professeure. Lula a été notre meilleur président. Il est victime d’une injustice.» Lúcia le reconnaît, le PT a fait des «erreurs». Mais que vaut donc ce triplex dans une station balnéaire en décadence pour lequel Lula va en prison ? «Ce n’est pas un appartement à Paris», référence au train de vie suspect de nombreux politiciens. «Si Lula est voleur ou pas n’est pas le fond de la question,reprend Lúcia. La droite corrompue court toujours, et occupe même le pouvoir. Comment croire dans une justice sélective ? J’ai 60 ans et j’ai vécu la dictature. Je n’imaginais pas qu’un jour j’en vivrai une autre. Une nouvelle dictature s’installe».

A la tribune, on annonce «Luiz Inácio Lula da Silva » comme on annoncerait une rock star. Lula sort sa bonne bouille par la fenêtre, envoie des baisers. Dans la foule, c’est le délire.

Avec AFP

Laisser un commentaire